Tabanac

Une équipe de foot au complet était au pied de l’église de Tabanac pour cette reprise d’après vacances.
Et pour une fois, Cécile n’est pas la dernière …
Le ciel est gris et la température pas élevée, pas de quoi effrayer nos marcheurs.

Au top départ, direction l’allée des marronniers et à gauche toute vers le chemin de Labatut, on peut voir en passant, la nouvelle haie installée par nos amis du Château La Clyde.

Un bout de chemin dans les vignes et nous rattrapons le chemin de Margoton, qui va nous amener à la côte de… Margoton.
Pas de quoi un faire un plat, car cette côte tant redoutée, nous allons la descendre.
En chemin on peut voir un ancien lavoir caché dans une grotte et une entrée de carrière.
En bas de la côte on traverse la Route François Mauriac pour rejoindre la palus.

Nous empruntons les bords de Garonne, où nous croisons un club de randonnée de Libourne.
La Garonne est haute ce matin, les carrelets ne sont pas occupés.
Dans leurs filets, on attrape des aloses et des lamproies.
Si certains sont très biens entretenus, d’autres sont au bord de l’effondrement.

Et tout ça nous amène aux chantiers Tramasset à Le Tourne.
Ici on construit des bateaux en bois, on les restaure aussi.
Nous pouvons voir l’ossature de ce qui deviendra un coureau de Garonne, l’Henriette.
Les coureaux étaient des bateaux qui transportaient des marchandises et l’Henriette est le dernier coureau connu à Langoiran.

Nous passons le grand Estey et nous empruntons la berge aménagée direction le pont métallique.
Ce pont de la fin XIX éme n’est pas un pont Eiffel, c’est l’œuvre d’une entreprise lilloise, Fives…
Au pied du pont nous avons un bref échange avec l’oie bernache qui a pris ses quartiers ici depuis deux ans.
Puis à la sortie de Langoiran, nous traversons la D10 et entre deux maisons nous attaquons le chemin qui mènera au calvaire.

Bref nous passons de 7 mètres d’altitude à 81 m, ça ne rigole plus dans les rangs.
Mais la vue sur la Garonne vaut le détour, une petite pause et en avant vers le Haut Langoiran.

Au château Laurétan, superbement restauré, nous prenons un chemin dans la vigne, il nous mènera au chemin de Berquin.
Il est 11h35 quand nous retrouvons le pont de Rose, un peu tôt pour rentrer, alors on fait un petit détour.
Nous partons vers le chemin de la Fosse, la route est une impasse, mais un chemin nous ramènera sur le chemin des Barthes.

Nous sommes sous le château de Pic, mais nous n’y passerons pas.
Nous préférons un chemin qui nous fait passer au dessus du château la Ronde.
La vue panoramique sur Langoiran est superbe.

Nous traversons la route de Beauregard et c’est la dernière ligne droite vers Tabanac.
Les derniers débouchent sur la place à 12h30 comme l’indique le cadran solaire.
Bilan 13 km avec 310 m de dénivelé, de quoi ouvrir l’appétit…

Cliquer sur une photo pour entrer dans la galerie
puis cliquer sur un côté de la photo pour faire défiler.