Portets

Huit paires de souliers de randonneurs au départ de ce parcours, Louis est à la manœuvre.
Il fait frais ce matin, mais le soleil est là et promet de faire remonter le thermomètre rapidement.
Un RER s’arrête, mais nos randonneurs lui tourne le dos, direction la grand place et l’église Saint Vincent.
Des arbustes ont élu domicile sur le clocher, ils lui forment une chevelure originale.

Nous traversons la Bonneterie, nous passons devant Château de l’Hospital, son mur d’enceinte et sa très belle allée.
Une pancarte nous invite à venir déguster le vin et visiter, c’est le week-end des Graves.
Les domaines ouvrent leurs portes et leurs bouteilles aux palais des amateurs.
Pas de haltes au programme des marcheurs… et pourtant il y a des amateurs…

Nous nous engageons dans les vignes vers Daubaillan et nous arrivons près d’un ancien lavoir.
Une plaque nous annonce : Plaçot Simone Castaing, mais pour avoir plus d’information, il faut lire la plaque à l’intérieur.
C’est le lavoir Daubaillan, qui signifie du Vaillant en occitan.
Nous apercevons la toiture du château Millet, c’est superbe…

Après un petit périple sur de petites routes, Louis nous amène sur les bords de la Garonne.
En chemin, nous trouvons un autre lavoir, celui-ci n’a pas nécessité de restauration.
Nous sommes sur un des méandres prononcé du fleuve, en face de nous, Le Pied du Château et Lestiac.

Ce matin les coups de fusils sont nombreux, les chasseurs sont à la palombe.
Nous ne pourrons faire le tour du lac d’Arbanats, le chemin n’est plus praticable.
Nous passons près d’une vielle demeure, un pin pousse dans le mur…

Nous traversons la D113 à Picadin, pour prendre un chemin dans la vigne vers la Madelon.
Nous sommes sur des sables avec de la grave bien sûr.
Le château Doms nous invite à la dégustation, lui aussi, il y a du monde dans la cour…

Louis nous emmène à travers les vignes jusqu’aux Lucques, aux portes de Castres-Gironde.
En face de nous sur le haut du coteau, le clocher de Tabanac, la cabane dans les vignes et Margoton.
Louis attire notre attention sur un petit bâtiment fermé par une porte d’acier.
C’est un regard qui permet d’inspecter une canalisation d’eau de source qui alimente Bordeaux.

Nous traversons facilement la D113 avec la complicité d’automobilistes prévenants.
Le passage à niveau restera levé pour nous, petite pause pour découvrir le château de Mongenan.
Il y a plein de choses à voir dans ce château, mais ce n’est pas pour ce matin, mais c’est noté.

Louis nous entraîne dans les ruelles de la vielle ville, superbes maisons avec vue sur la palus.
La Grand’rue nous ramène aux voitures, on peut voir quelques anciennes traces des commerces locaux, aujourd’hui fermés.
12,3 km au compteur avec 99 m de dénivelé et tout ça sous le soleil, what else?

Cliquer sur une photo pour entrer dans la galerie
puis cliquer sur un côté de la photo pour faire défiler.