Pessac – Parc du Bourgailh

Ils sont douze randonneurs près du belvédère à l’entrée du parc du Bourgailh à Pessac pour cette rando cool du mardi.
8 km au programme, pour le dénivelé 65 m seulement et artificiels pour la majorité.
Le soleil est de la partie, presque un petit air de printemps.


Peu après le départ, nous rejoignons le Peugue, il alimente le bassin de Cap de Bos bien tranquille.
Les joueurs de boules sont de sortie, comme nous.
Le parcours est jalonné d’espaces sportif équipés d’éléments de tortures physiques, altères, agrès…
Mais le fitness ne tente personne dans le groupe.


Nous faisons le tour de la retenue d’eau, à sec d’ailleurs et c’est le retour à l’entrée du parc où un étrange animal en bois nous accueille..
Le parc du Bourgailh est ouvert au public depuis 2005. La forêt du Bourgailh s’étend sur 110 hectares.
Trois thématiques sont retenues pour son aménagement, la nature, le sport et la famille.


Après le skate parc, nous passons devant l’aire de jeux des P’tits Tritons.
Ses magnifiques animaux de bois sont un fabuleux terrain d’aventures pour les petits.
Place à l’éducation ensuite, avec l’association ECOSITE du Bourgailh qui propose des animations sur l’environnement.

Nous contournons le grand belvédère, il sera le point final de notre sortie.
Mais les belvédères suivants ne seront pas évités, ils nous permettent de culminer au dessus de la végétation.
Au loin des moutons, biens calmes, sont sous la surveillance de deux patous.
Sur la dernière terrasse de ces belvédères, des panneaux explicatifs nous détaillent ce qui nous entoure.


Quelques petites fleurs apparaissent de ci de là, mimosas et autres, les prémisses du printemps… Didier nous emmène voir deux arbres qui se font un câlin, un chêne et un pin ont poussé, enlacés l’un à l’autre.


Nous parvenons près d’une étrange construction en bois.
C’est un des refuges périurbains qui jalonnent la métropole, on peut y dormir, sur réservation.
C’est l’architecte Yvan Detraz qui a imaginé celui-ci, en forme de tronc d’arbre.


Enfin, pour le final, le grand belvédère et ses quatre terrasses.
En face de nous, c’est lapins-land, le hlm du lapin… ils sont nombreux à nous observer et à se demander, ce qui nous a poussé à grimper si haut.
Derniers hectomètres et c’est le retour aux voitures, avec déjà en tête une question…
Comment est le trafic sur la rocade ?


Merci Didier pour cette très agréable balade et merci Philippe pour les pâtes de fruits.
Les derniers arrivés en haut du belvédère, nous doivent l’apéro, qu’on se le dise…

Cliquer sur une photo pour entrer dans la galerie
puis cliquer sur un côté de la photo pour faire défiler.