Bouliac

Sans doute dopés par la victoire historique du xv de France contre les All Blacks ce sont 8 courageux marcheurs qui se sont retrouvés devant le stade de Bouliac pour affronter la froidure (6°) et le brouillard.

Notre président (pas celui de l’Elysée) victime d’un accident domestique, n’a pas pu malheureusement piloter la troupe sur cette boucle de 11,5 km avec un dénivelé positif de 170 m qu’il avait amoureusement concoctée.

C’est donc le cœur lourd que nos aventuriers du dimanche dirigèrent leurs pas vers le chemin de Cantin puis le sentier du Cousteriou avant de franchir le ruisseau de Vergnes. Après avoir traversé la D10, le chemin de Bonnefond puis le chemin de Cardayre les conduisirent vers les vignes du Château Malherbes, construit à la fin du quatorzième siècle par le chevalier Guilhem de Malherbes, à son retour des croisades. Le vignoble de 20 hectares d’un seul tenant, situé sur la commune de Latresne, est géré en agriculture raisonnée. Il est en appellation AOC Cadillac Côtes de Bordeaux.

Réchauffés par ces premiers kilomètres parcourus à bonne allure nos randonneurs ne firent qu’une bouchée du chemin de Saujeon et du chemin de Saubiotte tous deux situés en zone plus urbaine. Après avoir longé sur une centaine de mètres la route de Carignan, un virage à gauche puis à droite les ramena à travers bois vers les chais modernes et imposants du château Malherbes.

Au bout du chemin de Vignac une pause au chemin des Moines fut décidée pour apprécier l’excellent gâteau au potiron de Sylvie et le réconfortant café de Marie Claire. A la traversée du quartier résidentiel du Claret succéda la longue descente vers le fond de la petite vallée où coule le ruisseau de Vergnes, déjà rencontré, avant la remontée vers le chemin de Brousse qui, contrairement à ce que son nom indique, est bordé des deux côtés de belles maisons modernes ou anciennes (château Malakoff, domaine de Saubat).

Le chemin de Labardasse nous fît redescendre ensuite vers la vallée de Vergnes. Celle-ci ne semble plus habitée par le troupeau de vaches limousines qui par le passé empêchait parfois l’accès. Après un détour dans le petit bois de Loc Boué, doté d’une aire de jeux pour enfants, le chemin pentu de Montjouan nous ramena au point de départ.

Il était midi pile, le brouillard ne s’était toujours pas levé nous empêchant de profiter du point de vue sur Bordeaux. Lot de consolation : la visite de l’église Saint Siméon (12°siècle).

Texte de Dominique et Photos de Catherine

Cliquer sur une photo pour entrer dans la galerie
puis cliquer sur un côté de la photo pour faire défiler.